Conseils pour définir le loyer d’un bien en location meublée

Le loyer d’un meublé peut être fixé librement par le propriétaire en tenant compte de la localisation du bien et de la qualité du mobilier. La loi ALUR a prévu l’encadrement des loyers pour les logements meublés constituant la résidence principale du locataire mais les décrets d’application n’ont pas encore vu le jour.
Un propriétaire bailleur qui souhaite louer son logement en meublé va fixer son loyer en tenant compte de plusieurs éléments

La localisation : étudier les loyers des meublés similaires du quartier

La localisation du logement est le premier élement à prendre en compte pour la fixation du loyer. Il faut observer les loyers habituellement pratiqués dans le voisinage pour des biens similaires, c’est-à-dire des biens ayant le même nombre de pièces, sachant que l’agencement et la fonctionnalité du logement sont très importants en location meublée, plus que le nombre de m².
Ensuite, il faut avoir conscience que les changements de locataires sont plus fréquents. Il est donc important de s’assurer auprès d’acteurs spécialisés dans la location meublée, comme l’agence Lodgis, que le loyer envisagé, suite à cette première observation du marché, permettra de retrouver facilement des locataires et d’éviter une vacance trop importante qui impacterait la rentabilité du bien.

Un loyer plus élevé grâce à des équipements et du mobilier de qualité

Le deuxième élément essentiel dans la fixation du loyer en location meublée, est la qualité des équipements et du mobilier. Un appartement meublé avec un mobilier moderne et homogène se louera en moyenne 15% de plus que le même bien équipé de bric et de broc.
Les locataires sélectionnent le plus souvent leur futur logement à partir de photos sur internet. Pour louer facilement son appartement meublé, il faut trouver la bonne adéquation entre le quartier, le standing de l’appartement et la qualité du mobilier. Il faut aussi que la cuisine et la salle de bains soient en parfait état, les locataires étant très sensibles à l’état de ces pièces.

Loi ALUR : quelle incidence sur les loyers des meublés ?

La loi n° 2014-366 du 24 mars 2014 pour l’Accès au Logement et un Urbanisme Rénové (ALUR) a prévu l’encadrement des loyers pour les logements meublés loués à titre de résidence principale du locataire dans les communes de plus de 50 000 habitants.
Le Préfet devrait établir un loyer de référence pour les meublés en majorant ceux établis pour la location vide et la loi a expressément prévu que cette majoration serait déterminée à partir des écarts constatés par l’observatoire des loyers entre locations vides et meublées.
A Paris, où la mesure devrait être mise en place à titre experimental, l’Observatoire des Loyers de l’Agglomération Parisienne (OLAP) ne dispose pas ou peu de références pour le meublé rendant le dispositif inapplicable dans l’immédiat.

En attendant les éventuels décrets, les loyers des meublés restent donc librement fixés entre bailleurs et locataires en tenant compte du marché, de la localisation et du mobilier.

Vous avez aimé cet article ? Partagez le !

Commenter

*

*

*Informations requises Merci de donner les informations requises

Qui suis-je ?

Maud Velter
Maud Velter
Conseils juridiques et pratiques de la location meublée
Directrice Associée et Directrice Juridique de Lodgis, spécialiste de la location meublée à Paris et du droit immobilier

Mes derniers tweets